Vous êtes ici

16/11/2017

Parents et enfants face aux accidents de la vie courante

Chute, brûlure, intoxication... Chaque année en France, les accidents de la vie courante font 11 millions de blessés et plus de 20 000 morts. Dans le cadre de ses actions de prévention, l’association Attitude Prévention a interrogé les parents et les enfants sur ces accidents et sur leurs attitudes au quotidien1.

Les résultats montrent que près de 9 parents sur 10 ont déjà eu un comportement à risque en présence de leur enfant. 68 % d’entre eux le justifient par l’absence de danger perçu.

Accidents de la vie courante : un phénomène méconnu par les parents

9 parents sur 10 ne savent pas évaluer le nombre de morts causées par un accident de la vie courante

 

Un accident de la vie courante (AcVC) se définit comme un traumatisme non intentionnel qui n’est ni un accident de la circulation, ni un accident du travail. Ainsi, ils regroupent les accidents scolaires, les accidents domestiques se produisant à la maison, au jardin et dans le garage, les accidents de sport, de vacances et de loisirs. Cette diversité est l’une des causes de la méconnaissance de la réalité de ces accidents.

Ainsi, 9 parents sur 10 ne savent pas évaluer le nombre annuel de morts causées par un accident de la vie courante : 32 % avancent un chiffre bien en deçà de la réalité. 9 % des parents seulement savent que ce chiffre est supérieur à 10 000 décès.

 

Accidents de la vie courante : des risques très présents au quotidien mais sous-estimés par les parents

Près de 9 parents sur 10 ont déjà eu un comportement à risque en présence de leur enfant

 

87 % des parents déclarent avoir déjà eu un comportement imprudent en présence de leur enfant , principalement au domicile. Les comportements les plus fréquents sont :
  • avoir une autre activité (téléphone, télévision…) en cuisinant (66 %),
  • ramasser ou manipuler des morceaux de verre sans protection (58 %),
  • réaliser des activités manuelles en gardant ses bijoux/accessoires (43 %),
  • marcher sur un sol mouillé ou glissant (41 %),
  • changer une ampoule, fusible ou appareil sans couper l’alimentation générale du disjoncteur (41 %).

Le principal argument des parents pour justifier ces comportements est l’absence de danger perçu (68 %). Les autres raisons avancées sont l’inattention (52 %) et le manque de temps (50 %).

Les lieux à risque du domicile ne sont pas toujours clairement identifiés. Si 90 % des parents citent, à juste titre, la cuisine comme une des pièces les plus à risques pour leur enfant, seuls 31 % identifient le garage. La dangerosité des autres pièces de la maison est aussi sous-estimée (salle de bain 48 %, escaliers, couloir 42 %).

 

Des enfants sensibilisés aux comportements dangereux au domicile

80 % des enfants ont été informés par leurs parents des mesures à appliquer en cas d’urgence

 

Concernant la transmission des bons gestes, 80 % des enfants disent avoir reçu des consignes de leurs parents à appliquer en cas d’urgence. De leur côté, 86 % des parents déclarent avoir donné des conseils pour éviter les accidents de la vie courante au domicile.

Pour autant, 30 % des enfants déclarent que leurs parents ont déjà laissé des objets dangereux à portée de main. 8 % disent même s’être déjà sentis en danger à leur domicile (odeur de brûlé, chute d’objets…). Enfin, 39 % des enfants ont déjà eu un accident à leur domicile. Chaque jour en France, ce sont plus de 2 000 enfants qui se blessent gravement à la maison.

Interrogés sur leur attitude avec leurs parents, 14 % des enfants disent avoir déjà fait une remarque à l’un de leurs parents parce qu’il avait un comportement à risque au domicile. Une proportion similaire à ce que confessent les parents qui sont, pour leur part, 16 % à dire avoir déjà été repris par leurs enfants.

 

Et les numéros d’urgence ?
90 % des parents disent connaître les numéros à appeler en cas d’urgence. Cependant, parmi eux, 10 % ne connaissent pas le numéro des pompiers (18), 14 % celui du SAMU (15) et 18 % celui de la police (17).  ls sont 46 % à ignorer le numéro d’appel d’urgence européen et 92 % les coordonnées du centre antipoison.

Télécharger les infographies

Télécharger les résultats de l'étude "Parents et enfants face aux accidents de la vie courante"

 

1 Etude Attitude Prévention réalisée par OpinionWay en ligne du 21 au 26 juin 2017, auprès d’un échantillon représentatif de 1 004 parents ayant au moins un enfant de moins de 15 ans et de 501 enfants âgés de 6 à 12 ans.

L'association des assureurs français

Assurance Prévention est l'association des assureurs de la Fédération Française de l'Assurance qui vous sensibilise aux risques du quotidien : route, maison, loisirs, santé...