Vous êtes ici

11/10/2017

Quels sports pratiquer lorsqu’on souffre d’asthme ?

L’asthme est une maladie respiratoire, souvent d’origine allergique. C’est une inflammation chronique des bronches qui, en se rétrécissant, empêchent l’air de passer. Si l’asthme peut être handicapant, il n’empêche pas – au contraire – la pratique d’un sport. Du moment que l’on contrôle son asthme et que l’on sait quoi faire en cas de crise, la quasi-totalité des sports est permise. Pour preuve, ces sportifs asthmatiques qui, grâce aux traitements et un entraînement spécifique, remportent de prestigieuses compétitions.

Quels sont les avantages du sport pour les personnes asthmatiques ?

En cas d’asthme, l’activité physique augmente les capacités respiratoires, diminue l’essoufflement et l’intensité des crises. Le sport améliore le contrôle de l’asthme, mais aussi la forme physique et le niveau de tolérance à l’effort. Enfin, l’activité physique participe au bien-être psychologique, avec renforcement de la confiance en soi et de l’estime de soi.

Quels sports pratiquer lorsqu’on souffre d’asthme ?

Chaque sport a ses particularités et certains sont plus bénéfiques que d’autres en cas d’asthme.

Les sports d’endurance sont recommandés aux asthmatiques

Les sports d’endurance développent la capacité pulmonaire et contribuent ainsi à diminuer l’essoufflement. Ils sont donc particulièrement adaptés aux personnes asthmatiques : randonnée, vélo, jogging, ski de fond, tennis, danse, etc. À vous de trouver vos préférences, et de respecter votre rythme.

Les sports à consommer avec modération en cas d’asthme

Les sports collectifs intenses (rugby, basket, hockey, etc.), qui demandent des efforts subits, peuvent provoquer des crises d’asthme. L’équitation est aussi une activité sensible, en raison des risques d'allergie aux poils d'animaux et à la paille. Attention également au judo et au karaté : la poussière des tatamis n’est pas l’amie des asthmatiques.

Néanmoins, avec un traitement équilibré, l’accord de son médecin et en respectant les précautions (voir ci-dessous), il est souvent possible aux personnes asthmatiques de pratiquer ces sports. Demandez conseil à votre médecin traitant.

La plongée, seul sport formellement contre-indiqué aux asthmatiques

Le seul sport à proscrire vraiment en cas d’asthme est la plongée sous-marine avec bouteille. Outre les nombreux allergènes contenus dans l’air comprimé, l’impossibilité de remonter à la surface en cas de crise est un danger mortel.

Asthme et piscines
Nager, qui est un sport d’endurance, est une excellente pratique. En effet, soumises à l’humidité de l’air, les bronches se rétractent moins et le risque de crise d'asthme diminue. Il est néanmoins recommandé de choisir une piscine désinfectée sans chlore, car les chloramines, des substances irritantes, aggravent l’asthme. Si votre piscine est chlorée, douchez-vous avant et après la baignade, savonnez-vous et portez un bonnet.

Les sports de montagne, plutôt bénéfiques en cas d’asthme

L’altitude est bénéfique pour de nombreux asthmatiques qui peuvent pratiquer tous les sports d’hiver : ski alpin, ski de fond, surf, marche en raquettes, patinage, luge, etc. En effet, en altitude, les allergènes sont moins présents dans l’atmosphère. Néanmoins, il est recommandé de rester en dessous de 2 000 m, altitude à partir de laquelle l’oxygène se raréfie. Au delà, l’air froid et sec peut provoquer des crises d’asthme qui seront aggravées par le manque d’oxygène.

Les précautions à prendre par les sportifs asthmatiques

De manière générale, et en particulier lorsqu’elles font du sport, les personnes asthmatiques doivent faire un peu plus attention que les autres.

  • Gardez votre traitement d’urgence à portée de main et n’hésitez pas à le prendre dès les premiers signes.
  • Prenez votre médicament protecteur prescrit avant l'effort.
  • Mesurez votre souffle avant et après l’effort (débit-mètre de pointe).
  • Renoncez (ou attendez un peu) si vous ne vous sentez pas bien sur le plan respiratoire.
  • Modulez votre effort, écoutez vous et n’allez pas au-delà de vos limites.
  • Prenez le temps de vous échauffer et de débuter les efforts progressivement.
  • Ne vous arrêtez pas brutalement.
  • Respirez par le nez pour réchauffer l’air inspiré.
  • Buvez avant, pendant et après l'effort.
  • Adaptez votre tenue à la température : n’allez pas prendre froid.
  • Tenez compte des conditions atmosphériques.
  • Et si le temps est trop venteux, trop sec ou trop froid, renoncez.

De manière générale, essayez d’éviter :

  • Le vent,
  • le brouillard, 
  • l'air froid et sec.
  • La pollution.
  • Les gymnases et les vestiaires poussiéreux.
  • Les altitudes élevées (à partir de 2 000 m).

Qu’est-ce que la crise d’asthme d’effort ?

La crise d’asthme dite "d’effort" survient typiquement 5 à 10 minutes après le début d’un sport d’endurance comme la course à pied ou quelques minutes après l’arrêt d’un effort physique soutenu ou violent. Dans ce cas :

  • Arrêter immédiatement l’effort.
  • Prendre son traitement d’urgence (1 à 2 inhalations).
  • Patienter 10 à 15 minutes.
  • Si nécessaire reprendre son traitement jusqu’à 6 à 8 inhalations toutes les 10 -15 minutes.
  • Si la crise ne passe pas, il s’agit d’une crise d’asthme sévère : il faut contacter immédiatement son médecin ou les urgences en composant le 15.

 

L'assurance de vos activités sportives : en savoir plus sur le site de la Fédération Française de l'Assurance

L'association des assureurs français

Assurance Prévention est l'association des assureurs de la Fédération Française de l'Assurance qui vous sensibilise aux risques du quotidien : route, maison, loisirs, santé...