Vous êtes ici

13/10/2016

Dépister le glaucome avant de perdre la vue

Le glaucome est l’augmentation de la pression dans un œil, pouvant endommager le nerf optique de manière définitive. Environ 500 000 patients sont traités pour cette maladie, mais il reste autant de Français porteurs d’un glaucome sans le savoir. Un glaucome dépisté suffisamment tôt et bien suivi n’entraînera pas de handicap visuel, d’où l’importance d’un dépistage aussi précoce que possible.

Le glaucome : de quoi s’agit-il ?

Le glaucome se produit lorsque le globe oculaire, qui est une coque inextensible dans laquelle est secrété en permanence un liquide (l’humeur aqueuse), n’arrive plus à évacuer cette humeur : la pression dans l’œil augmente et les fibres du nerf optique souffrent.

Quels sont les signaux d’alarme du glaucome ?

C’est un glaucome chronique

Le glaucome chronique est la forme la plus fréquente de glaucome (80 à 90 % des cas). Cette forme très progressive peut rester asymptomatique pendant 10 à 20 ans. Pendant cette période, seul un examen complet de l’œil peut permettre de dépister le glaucome. Rarement, la personne peut ressentir une pression au niveau des yeux, un larmoiement et des maux de tête.
Après plusieurs années, le patient ressent une perte de vision à la périphérie du champ visuel, alors que sa vision centrale reste longtemps normale. On parle alors de vision tubulaire (comme à travers un tube).

C’est un glaucome aigu

Il faut voir un ophtalmologiste sans perdre une minute (de jour comme de nuit) en cas de violentes douleurs, avec un œil rouge et dur, et des troubles de la vision d'installation brutale : vue brouillée, halos colorés autour des sources de lumière. Ces symptômes apparaissent généralement à un moment où la lumière ambiante est faible (en soirée, au spectacle, etc.), lorsque les pupilles sont dilatées.

Où trouver un ophtalmologiste en urgence ?
Si le vôtre ne peut vous recevoir, vous pouvez trouver un ophtalmologiste de garde dans les centres hospitalo-universitaires (CHU). Pour ne pas perdre de temps en vous rendant au mauvais endroit, n’hésitez pas à appeler le centre 15 et à leur poser la question.

Certaines personnes sont-elles plus à risque de développer un glaucome ?

Il existe une prédisposition familiale au glaucome. Cette prédisposition génétique est probablement multifactorielle : anatomie de l’œil, tendance à l’hypermétropie ou à la myopie sévère, prédisposition à l’excès de cholestérol et aux maladies cardiovasculaires, etc.
Outre celles qui ont des antécédents familiaux de glaucome, certaines personnes sont plus à risque de développer un glaucome chronique.
Par exemple, les personnes :

  • dont la pression intraoculaire est élevée ;
  • de plus de 60 ans ;
  • diabétiques, hypertendues ou souffrant de maladies cardiovasculaires ;
  • très myopes ;
  • souffrant d’hypothyroïdie ;
  • ayant été blessées aux yeux ou ayant eu de graves infections de l’œil (uvéites) ;
  • d’origine africaine, asiatique ou scandinave ;
  • fumeuses ;
  • recevant des collyres à base de corticoïdes sur une longue durée ;
  • dont la cornée est fine.

Les personnes âgées, les personnes hypermétropes et celles qui reçoivent des collyres atropiniques (qui dilatent la pupille) sont plus à risque de développer un glaucome aigu.

Peut-on prévenir le glaucome ?

La prévention du glaucome repose sur un dépistage précoce d’une éventuelle augmentation de la pression intraoculaire, et sur l’ensemble des mesures destinées à prévenir les maladies cardiovasculaires (alimentation équilibrée, activité physique régulière et arrêt du tabac).
De plus, la prévention des accidents touchant les yeux contribue à diminuer le risque de développer un glaucome : port de lunettes protectrices lors de sports de balle ou d’activités potentiellement dangereuses.

Les bons réflexes pour dépister un glaucome à temps

Les personnes qui ont des antécédents familiaux de glaucome ou d’autres facteurs de risque devraient faire mesurer leur pression intraoculaire par un ophtalmologue tous les deux à trois ans, dès l’âge de 40 ans (on estime que 1 % des personnes de plus de 40 ans ont une pression intraoculaire anormalement élevée). Si la cornée - couche superficielle de l’œil - est d’épaisseur normale, la tension intra-oculaire doit être inférieure à 21 millimètres de mercure (l’unité de mesure).

Prise de tension intra-oculaire : signalez toute chirurgie réfractive

Si par le passé, vous avez bénéficié d’une chirurgie réfractive pour corriger une myopie, une hypermétropie ou un astigmatisme, votre cornée a été « remodelée » au cours de l’intervention : cela peut fausser les résultats lors de la prise de tension intra-oculaire. Aussi, pensez à le signaler.

Les autres examens demandés en cas de doute

  • L’examen du fond d’œil, pour avoir un premier aperçu de l’état du nerf optique.
  • L’étude du champ visuel, pour rechercher des « points aveugles » témoignant de sa souffrance.

L’examen OCT (Tomographie en Cohérence Optique)

Cet examen permet d'évaluer l'épaisseur des fibres nerveuses optiques, épaisseur d’autant plus faible que le glaucome est avancé.

L'association des assureurs français

Assurance Prévention est l'association des assureurs de la Fédération Française de l'Assurance qui vous sensibilise aux risques du quotidien : route, maison, loisirs, santé...