Vous êtes ici

21/09/2017

Peut-on prévenir la maladie d’Alzheimer ?

Dans la maladie d’Alzheimer, les nouveaux souvenirs n’ont pas le temps d’être enregistrés : ils sont effacés au fur et à mesure. Un défaut de jugement et de raisonnement apparaît également. Seule la mémoire d’un passé plus ancien reste longtemps préservée, ainsi que la mémoire affective. Qui est concerné par cette maladie, comment la diagnostique-t-on, peut-on la prévenir ?

La maladie d’Alzheimer : de quoi s’agit-il exactement ?

La maladie d’Alzheimer se traduit par l’accumulation de protéines anormales dans le cerveau, et en particulier au niveau de l’hippocampe, une zone du cerveau en charge de la mémorisation récente et à court-terme. Conséquence : les nouvelles actions de mémorisation ne peuvent plus se faire correctement et la mémoire récente s’en trouve très affectée.

Qui est concerné par la maladie d’Alzheimer ?

Nous sommes tous potentiellement concernés. En 2010, l’Institut de veille sanitaire (InVS) annonçait 300 000 cas de maladie d’Alzheimer en France, nombre qui avait déjà augmenté de 14 % en trois ans. Aujourd’hui, selon l’Union des Associations France Alzheimer, il y aurait plus de 855 000 malades, 600 nouveaux cas diagnostiqués chaque jour dans notre pays et au total 3 millions de personnes directement concernées (étude PAQUID).

Dois-je consulter pour mes troubles de la mémoire ?
Une consultation pour troubles de la mémoire s’impose dès que ceux-ci nuisent à la qualité de vie au quotidien, à l’autonomie ou ont provoqué un accident. Par contre, si vous oubliez un mot, le nom d’une personne ou l’endroit où vous avez mis vos clés, pas de panique, cela arrive à tout le monde après 50 ans !

Quels sont les facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer ?

Plusieurs études suggèrent un lien entre une moindre fréquence de la maladie d’Alzheimer et certains facteurs d’hygiène de vie :

  • le régime méditerranéen,
  • les acides gras oméga-3 (huile de colza, poissons),
  • une faible consommation de boissons alcoolisées,
  • les activités intellectuelles (jeux de mémoire, apprentissage, lecture),
  • les activités de loisirs,
  • les relations sociales,
  • l'exposition modérée au soleil (via la synthèse de vitamine D),
  • l'activité physique (au moins 30 minutes par jour de marche active).

Inversement, certains facteurs augmenteraient le risque de survenue de la maladie :

  • le tabagisme,
  • l'obésité,
  • le diabète,
  • la vie sédentaire,
  • une tension artérielle élevée, et d’une manière générale tous les risques cardiovasculaires.

Hérite-t-on de la maladie d’Alzheimer ?
Seulement 0,3 % des cas de maladie d’Alzheimer seraient liés à la mutation d’un gène. Ils se traduisent par une forme familiale précoce, touchant les moins de 60 ans.

Comment fait-on le diagnostic de la maladie d’Alzheimer ?

Pour faire le diagnostic de la maladie d’Alzheimer, on ne peut pas se fier au fait que la personne se plaigne d’oublier des choses. Oublier, cela arrive à tout le monde et se rendre compte que l’on oublie est plutôt bon signe. Le diagnostic de certitude de la maladie d’Alzheimer repose sur :

  • un test de la mémoire épisodique des événements personnels,
  • les capacités à garder en mémoire des faits récents (épreuve des 5 mots),
  • la reconnaissance visuelle des personnes et des objets,
  • les examens complémentaires : IRM, scintigraphie cérébrale ou PET scan, etc.

Ce diagnostic a habituellement lieu au cours d’une « consultation mémoire ».

Peut-on prévenir la maladie d’Alzheimer ?

Aujourd’hui, on ne connaît pas de mesure qui prévienne de manière certaine la maladie d’Alzheimer. Mais certaines habitudes de vie semblent contribuer à retarder l’âge de son apparition.

Des activités de réflexion

Les personnes qui ont exercé et continuent d’exercer leur esprit semblent partiellement protégées. A minima, leurs capacités intellectuelles leur permettent de compenser plus longtemps les premiers signes de la maladie.

Une retraite active

Disposer d’un bon réseau social semble également bénéfique car il contribue à garder l’esprit agile. On pensait que l’activité physique et sportive régulière pourrait également permettre de retarder l’apparition de la maladie. Néanmoins, une étude du British Médical Journal parue en 2018 semble indiquer que le niveau d’activité physique n’a que peu d’influence sur l’apparition de troubles neurodégénératifs comme la maladie d’Alzheimer. Neanmoins, l’activité physique apporte bien d’autres bénéfices. Le jardinage, la randonnée, le ménage… tout est bon pour bouger davantage.

Lutter contre l’isolement sensoriel

Ne plus voir ou ne plus entendre augmente également le risque que la maladie d’Alzheimer apparaisse tôt, car l’isolement sensoriel favorise une moindre stimulation du cerveau. De plus, la dépression qui pourrait constituer un facteur aggravant (à elle seule, la dépression peut être la cause de troubles de la mémoire non liés à la maladie d’Alzheimer).

Sources

Ifrad, Fondation dédiée à la recherche sur la maladie d’Alzheimer 
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH), n°30, 10 septembre 2013.
Association France Alzheimer.
L’étude du British Medical Journal, 2018

L'association des assureurs français

Assurance Prévention est l'association des assureurs de la Fédération Française de l'Assurance qui vous sensibilise aux risques du quotidien : route, maison, loisirs, santé...