Vous êtes ici

09/03/2018

Tatouages, piercings : les précautions à prendre

Tatouages et piercings ne sont pas sans risques. Ces actes peuvent transmettre de nombreux virus, bactéries et autres germes : hépatites B et C, VIH/sida, herpès, etc. Pour minimiser les risques, mieux vaut bien choisir le professionnel qui va les réaliser et surtout ne pas hésiter à le questionner et à visiter les locaux avant de se décider.

Quels sont les risques lors de la réalisation d'un tatouage ou d'un piercing ?

La réalisation d’un tatouage ou d’un piercing revient à couper ou à percer la peau à l’aide d’aiguilles et autres instruments. Si le matériel n’est pas parfaitement stérilisé, ces actes peuvent transmettre diverses infections : hépatites B et C, VIH/sida, herpès, par exemple.

La contamination n’est pas systématique, mais le risque est suffisamment grave pour ne pas négliger les mesures de prévention élémentaires.

Le choix du professionnel est primordial

Si les qualités artistiques sont un des critères de sélection du tatoueur, elles ne doivent pas être le seul. En effet, la propreté des locaux et le respect des règles d'hygiène sont essentiels. Il ne faut pas hésiter à questionner le professionnel et surtout visiter les locaux en ayant en tête les règles d’or suivantes.

La propreté des locaux

Une salle technique dédiée aux actes de tatouage ou de piercing (à l'exclusion de toute autre fonction) doit être aménagée avec des sols et plans de travail en matériaux lisses et non poreux, et des surfaces lessivables non textiles. Une zone de lavage des mains, interne ou attenante à la salle technique, comprend notamment un lavabo avec robinet à fermeture non manuelle (avec le coude ou le pied). Enfin, les locaux doivent intégrer un espace dédié au nettoyage et à la stérilisation du matériel et un local dédié à l'entreposage des déchets.

Ces exigences sanitaires en matière d'aménagement rendent illégales le tatouage au domicile des clients.

La stérilisation du matériel de tatouage et de piercing

Les aiguilles, pigments, gants, etc. doivent être à usage unique. Pour en être sûr, il faut que le matériel soit déballé devant le client au moment de l’intervention.

Les instruments qui ne sont pas à usage unique, c’est le cas de certaines pinces par exemple, doivent être stérilisés après chaque usage dans un autoclave (une sorte de four).

La formation du tatoueur ou du pierceur

Il doit se laver soigneusement les mains avant et après chaque acte et porter des gants stériles jetables.

De plus, un tatoueur doit avoir suivi une formation aux conditions d'hygiène et de salubrité, d'une durée minimale de 21 heures réparties sur 3 jours consécutifs. Cette formation comporte un module de formation théorique et un module de formation pratique, et ne peut être délivrée que par un organisme habilité à la dispenser. Vérifiez qu’il dispose d’une preuve de cette formation.

Prendre le temps de la réflexion

La réalisation d’un tatouage ou d’un piercing n’est pas un acte anodin, il n'est pas superflu de vérifier auprès de son médecin qu’il n’existe aucune contre-indication ni risque d’allergie.

En parler avec ses amis – l’expérience des uns et des autres est souvent intéressante – et avec ses parents permet aussi de ne pas prendre de décision à la légère.

Pour les mineurs, le tatoueur ou le pierceur doit obligatoirement demander une autorisation d’au moins un des deux parents.

Enfin, pour les tatouages, votre sommeil et votre forme le jour de votre tatouage sont essentiels à sa bonne cicatrisation : dormez minimum 7 à 8h et mangez équilibré. Respectez les règles de nettoyage (PH Neutre...), d'entretien (hydratation, crème solaire SPF50 la première année, puis SPF30 toute votre vie, pas de baignade les semaines qui suivent un tatouage...) que votre tatoueur/pierceur vous dictera.

L'association des assureurs français

Assurance Prévention est l'association des assureurs de la Fédération Française de l'Assurance qui vous sensibilise aux risques du quotidien : route, maison, loisirs, santé...