Vous êtes ici

23/05/2017

Ados et cyclomoteurs : éviter les comportements à risque sur la route

L’adolescence est une période critique où le jeune se construit socialement. C’est aussi le moment où les attitudes à risque sont importantes. Comment s’assurer du bon comportement de l’ado en cyclomoteur ?

S’assurer d’une conduite responsable et vigilante de l’ado en cyclomoteur

Établir un contrat moral avec l’ado pour conduire un scooter
Avant d’autoriser l’adolescent à conduire un cyclomoteur, il doit s’engager auprès de ses parents à respecter des conditions établies ensemble dans le cadre d’un contrat moral : port des équipements, respect du Code de la route, …
Chaque condition du contrat doit être explicitement détaillée pour ne pas laisser de place à l’interprétation. Il est nécessaire de rappeler régulièrement les règles à l’ado.
Si l’une des conditions n’est pas respectée par l’ado, il faut prévoir des sanctions comme suspendre, voire supprimer, la conduite du cyclomoteur.

En 2014, 5% des tués sur la route sont des conducteurs de cyclomoteurs et scooters de 50 cm3, dont 42% d’entre eux sont des ados. Il est vital que l’adolescent soit sensibilisé aux dangers liés à la route pour éviter tout comportement à risque en cyclomoteur.

Respect des règles du Code de la route

  • Respecter les règles de circulation : priorités, limitations de vitesse…
  • Ne pas zigzaguer entre les voitures.
  • Ne pas changer de file brusquement.
  • Signaler tous les changements de direction à l’aide des clignotants.
  • Ne jamais dépasser par la droite.
  • Ne pas faire d’acrobaties.

Équipement de sécurité

Si 9 jeunes sur 10 se déclarent bien équipés, la réalité au guidon est plus contrastée (lire notre étude "Les 14/24 ans en deux-roues motorisés sont-ils bien équipés ?")

  • Toujours porter un casque homologué, neuf et correctement attaché. Dans plus d’un accident sur 6, le non-port du casque est constaté. Par ailleurs, le casque divise par 2 le risque de mortalité en cas d’accident.
  • Porter des gants de moto est obligatoire, pour le conduteur et le passager, depuis le 20 novembre 2016. Vérifier qu'ils sont neufs et certifiés CE.
  • S’équiper pour protéger ses membres en cas d’accident, et ce même en été : blouson ou veste, jean, chaussures montantes ou bottes.

Enfin, il est important de ne jamais prêter son cyclomoteur à une personne non initiée à la conduite d’un cyclo et de ne pas transporter de passager, sauf si le cyclomoteur est bien homologué. Le passager doit alors porter lui aussi ces équipements de sécurité.

S’assurer du bon état du cyclomoteur

Un entretien régulier du cyclomoteur

L’adolescent doit prendre soin de son cyclomoteur et l’entretenir régulièrement pour ne pas se mettre en danger sur la route. Comme pour une voiture, des contrôles doivent souvent être effectués, notamment au niveau :

  • De la pression et de l’usure des pneus.
  • De l’éclairage : feux et clignotants.
  • De la tension et de la lubrification de la chaîne.

Il est conseillé d’effectuer ces vérifications auprès d’un professionnel. Dans le cas de vérifications par soi-même, se conformer strictement aux prescriptions du constructeur, indiquées dans le carnet d’entretien.

Ne pas trafiquer son cyclomoteur

Un cyclomoteur ne doit pas excéder 45 km/h. Certaines manipulations sur le cyclomoteur permettent cependant d’augmenter sa vitesse maximale.

  • Le débridage augmente les performances, et notamment la puissance d’un cyclomoteur.
  • Le kitage ajoute un "kit", souvent un pot d’échappement, qui accroît aussi la puissance du cyclomoteur.

Or, les capacités techniques de freinage et la tenue de route d’un cyclomoteur ne sont pas adaptées à cette nouvelle vitesse. La conduite d’un cyclomoteur trafiqué met ainsi la vie du conducteur et des autres usagers en danger. Sans compter que l’adolescent n’a ni formation, ni maturité suffisante pour conduire un véhicule excédant 45 km/h.

Par ailleurs, ces pratiques sont fermement sanctionnées :

  • Le débridage et le kitage sont un délit, passible pour les professionnels, de deux ans d'emprisonnement, de 30 000 € d'amende et d’une interdiction d’exercice de 5 ans.
  • En cas de revente d’un cyclomoteur trafiqué, l’adolescent ou le parent encourt jusqu’à 6 mois de prison et 7 500 € d’amende.
  • Si l’adolescent est contrôlé au guidon d’un cyclomoteur trafiqué, il risque une amende de 1500 € et l’immobilisation, voire la confiscation, de son véhicule.

 

Accident, vol, garanties, location, indemnisation, assistance... Retrouvez toutes les informations sur l'assurance de votre deux-roues motorisé sur le site de la Fédération Française de l'Assurance.

 

Aller plus loin :

Deux-roues motorisé : quel permis pour quel véhicule ? quels équipements de sécurité ? comment fonctionne l'assurance ? quels sont les facteurs de risque ? Découvrez toutes les spécificités de la pratique d'un deux-roues motorisé grâce à notre site conduire-scooter-moto.fr

L'association des assureurs français

Assurance Prévention est l'association des assureurs de la Fédération Française de l'Assurance qui vous sensibilise aux risques du quotidien : route, maison, loisirs, santé...